La médiation sexuelle

Elle se situe au moment où la passion amoureuse laisse place à moins de désir et moins de romantisme dans le couple. Il s’agit de la difficulté à créer des situations propices au désir et à l’excitation parce qu’on voit tous les jours et la routine fait son œuvre de désenchantement.
Elle vise à résoudre un malentendu sexuel dans lequel chaque personne se sent frustrée par le comportement de l’autre. C’est le quiproquo sexuel (traité dans d’autres articles) et dans mon essai: « A nous deux, le couple! »
La médiation sexuelle se situe en aval de la passion amoureuse, quand le temps a fait son œuvre d’usure, que chacun·e reproche à l’autre, qui, un manque de romantisme, qui, un manque de désir et tous deux un manque de spontanéité : « Il ou elle n’est plus comme avant »… La médiation sexuelle combat l’ignorance et les idées reçues qui sont légion dans ce domaine. Elle est un lieu privilégié où l’érotisme se parle, un espace d’acquisition de connaissances, d’apprentissage de sa sensualité et de celle de l’autre, d’écoute et d’expression des ressentis, des émotions et des découvertes de chacun·e.
La communication émotionnelle joue ici un rôle central mais difficile pour deux raisons:
— Notre vocabulaire érotique est trop pauvre pour exprimer un désir et une sensualité propres à chacun et chacune de nous.
— « Ces choses-là ne se disent pas ». C’est tabou.
La médiation sexuelle ouvre délicatement le champ des possibles dans la communication du vécu intime au sein du couple.
"J'attends de lui plus de patience, plus de tolérance"

Laisser un commentaire