Accéder à la médiation d’un thérapeute

C’est une démarche encore mal comprise, mal interprétée. Certains pensent : « Je ne suis pas malade ! ». La mésentente dans le couple n’est pas une maladie. Les personnes qui viennent à mon cabinet ne sont pas des malades ; elles souffrent dans leur vie relationnelle de couple. Elles ont le courage de prendre le temps de réfléchir sur la façon de résister à un environnement qui souvent les dérange et les éloigne de leur véritable identité et de leurs projets. Elles ont de surcroît l’intelligence de penser que c’est par la réflexion sur soi qu’elles acquerront les moyens de devenir autonomes et de réfléchir sur l’autonomie et le bien-être de leur couple.
Nous travaillons ensemble dans une dynamique de pensées, d’idées, de propositions, d’informations. Je fais en sorte que nos échanges soient valorisants, enrichissants et qu’ils respectent l’altérité et le devenir de chaque personne.
Depuis une dizaine d’années, un nouveau type de demandes de thérapie de couple est apparu. Plutôt qu’un sauvetage in extremis du couple, la demande consiste en une recherche de mieux-être et de construction : « Nous sommes venus pour améliorer notre relation » ou « Nous avons décidé de rester ensemble, mais nous voulons changer notre manière de vivre ensemble ». De plus en plus de couples de tous âges s’autorisent à remettre en question la monotonie de leurs habitudes, et à fabriquer à deux un renouveau organisationnel et affectif.
Nous ne nous aimons plus passionnément comme lors de notre rencontre mais nous sommes bien ensemble. Il n’est pas besoin de dire « Je t’aime » ou « Je ne t’aime pas » mais juste: « Je suis bien avec toi ».

La médiation sexuelle

Laisser un commentaire