L’âge et la sensualité

Vivre plus pour aimer plus pourrait être un slogan à la mode, mais à condition de braver de nombreux obstacles et pièges et en particulier ceux ancestraux de la communication amoureuse.

Nous savons que nous vivons mieux et plus vieux, mais ce mieux et ce plus vieux, comment le vivons-nous en amour, en couple, comment le vivons-nous dans la sexualité quand elle est choisie (érotisme), dans le désir et le plaisir ? Et jusqu’à quand ?

Noëlle Chatelet dans : « La femme coquelicot », parle de : «… braises adolescentes qui n’en pouvaient plus de couver ». Ces braises adolescentes ne sont peut être pas le feu de la passion amoureuse quoi que… La passion amoureuse peut être vécue à tout âge… Non, il s’agit également de la pulsion de vie, de la force de vie, c’est avoir du désir ou des désirs, des projets, de la curiosité, du goût à ressentir les choses et les êtres, à sentir, voir, toucher, goûter, parler, et sentir du plaisir à faire tout cela.

Ressentir une force si infime soit-elle, une part de l’enfance qui est en nous, une part d’inconscience, de fantaisie… Jacques Brel dans une de ses chansons évoque : « Il nous fallut bien du talent pour être vieux sans être adulte ». Malgré les habitudes, les faiblesses, les routines, les infirmités, nous pourrons essayer de mettre à profit ces nouvelles limites comme l’artiste met à profit les limitations nécessaires à son moyen d’expression. Nous devrions avoir la fierté de nos limites tout comme nous avons le courage de les reconnaître. La capacité d’aimer et d’être aimé, dans son expression, dans l’expression de la sensualité, serait-elle un art ?

L’âge éloignerait les relations sexuelles des organes génitaux pour l’étendre au reste du corps et à l’ensemble de la relation : l’échange sensuel, la tendresse, la délicatesse, quelle chance ! Enfin ! Si on prenait autant de temps pour caresser une peau que le peintre pour poser une touche de peinture sur la toile, les sensations et les émotions seraient archi décuplées ! Quelle différence y a-t-il entre un sein de 20 ans et un sein de 70 ans dans le ressenti de la femme ou de l’homme qui reçoit la caresse ?

Autre citation empruntée à Prévert sur laquelle, même chez les seniors il est peut être utile de réfléchir :
« Tu dis que tu aimes les fleurs et tu les coupes, tu dis que tu aimes les oiseaux et tu les mets en cage, tu dis que tu aimes les poissons et tu les manges ! Alors quand tu dis que tu m’aimes j’ai peur »…

 

 

Comments are closed.