La sexualité et ses limites

Aimer est bon, l’exprimer est un art, il est temps d’en parler.

Les limites de la sexualité sont la sexualité elle-même, les vestiges de l’obscurantisme du passé et les excès inhumains de la pornographie aujourd’hui. Si l’on ajoute à cela l’omniprésence de la génitalité et l’absence de sensualité, la sexualité devient un « acte » indigne d’intérêt, indigne de l’être humain. Le souci de la performance mécanique et de la recherche systématique de l’orgasme à tout prix (orgasmocratie) rendent la sexualité invivable, vide de sens et de sensualité, vide d’amour.

Qu’est-ce qu’on fait du désir sexuel ? La relation sexuelle est-elle le résultat d’un assouvissement personnel ? Inintéressant.
Est-elle le fruit d’un aboutissement relationnel ? Intéressant.

Mon travail de recherche et de dialogue avec mes impatients me conforte dans l’idée que l’évolution humaine en terme de sexualité ne fait que commencer. L’évolution sexuelle s’enrichit de la pensée de tout homme et toute femme qui se pose la question des limites de la sexualité.

Comments are closed.